Dossier de location Créer une alerte
 
Retour aux actualités

Déconfinement et immobilier

 

Ce que le Covid a changé dans les projets d’achat des Français.

 

Les crises bouleversent les comportements et font évoluer les mentalités. Mais concrètement, en quoi la perception qu’ont les acquéreurs du marché immobilier post-Covid a-t-elle été altérée?

 

« Courant mai, 39% des futurs acquéreurs affirment que c’est le bon moment pour acheter alors que la majorité (46%) ne sait pas vraiment se positionner à ce sujet. Pourtant ils étaient 78% à l’affirmer haut et fort il y a un an. Cette hésitation au sortir du confinement constitue un phénomène naturel compte tenu de l’expérience bouleversante que nous avons tous vécu. Les projets d’achat ont d’ailleurs évolué au sortir du confinement avec une appétence plus marquée pour les petites villes. Les envies d’espaces extérieurs et de maison sont également plus marquées et le vécu du télétravail fait désormais de l’accès internet une priorité pour 53% des futurs acquéreurs.

 

L’accès à Internet, une priorité pour 53% des acquéreurs !

53% des futurs acheteurs déconfinés font de l’accès internet une priorité. Haro sur les zones blanches, ces territoires mal-aimés car privés de réseau haut-débit fixe. Plus de la moitié des acquéreurs font de l’accès à Internet, de la qualité de la connexion et du raccordement à la fibre optique, un critère essentiel de leur recherche immobilière.

 

Un Français sur 4 envisage d’acheter dans une petite ville

Ce n’est décidément pas la taille qui compte ! En effet, il ressort de l’étude conduite par SeLoger et son OMI que 25 % des Français envisagent de devenir propriétaires dans une petite ville, c’est-à-dire de moins de 20 000 habitants.

 

« Recherche maison désespérement » : 47% recherchent une maison

C’est peu dire que les maisons ont la cote auprès des Français. Lors du confinement, nous avions déjà pu constater chez SeLoger que les requêtes comportant le mot clé « maison » avaient fortement progressé. Au lendemain du déconfinement, l’appétence des acquéreurs pour ce type de biens n’a visiblement pas baissé.

 

Extension du domaine de la recherche immobilière : 38% ont élargi le périmètre de leur recherche immobilière.

Des espaces extérieurs plus prisés que jamais !

14% font de la présence d’un espace extérieur un critère essentiel.

49% pensent que les prix immobiliers vont baisser

Suite à la la crise boursière de 2008, les taux des crédits bancaires avaient remonté, entraînant une correction des prix de vente. Pour près de la moitié des acheteurs, les prix des logements (maisons et appartements) devraient baisser dans les six prochains mois. Et alors que 21 % des sondés misent sur une hausse des prix, 30 % penchent plutôt pour une stabilisation…